fbpx

AOC Côtes du Rhône

L'histoire des Côtes du Rhône

De l’époque Romaine à aujourd’hui, la vallée du Rhône a toujours été un lieu très apprécié par les amateurs de vin. De nombreuses fouilles archéologiques ont montré des traces de commerce, de transport et de production de vin tout au long du Rhône. Ces recherches établissent aussi que les “Côtes du Rhône” seraient l’une des premières régions viticoles au Monde.

Au Moyen-Age, c’est le clergé et la papauté qui mettront la main sur une grande partie de la production et du commerce du vin au niveau du Comtat Venaissin (excepté le nord du Rhône). Ils développeront à grande échelle la quantité et la qualité des vins du Rhône et en feront également leur renommée !

Afin d’éviter les fraudes et la contrebande de vin lors de sa commercialisation, en 1650 est édité une réglementation qui protège l’authenticité et la qualité des vins commercialisés. Un Édit du Roi de France prescrit, en 1737, que tous les fûts destinés à la vente et au transport doivent être marqués au feu par les lettres « C.D.R. » pour Côtes du Rhône. Cette notoriété s’accentuera et prendra forme en 1937 par la consécration de l’AOC – Appellation d’Origine Contrôlée – Côtes du Rhône.

Sous nos pieds

L’appellation est très vaste, c’est environ 44.000 terrains de football (30.749 hectares) avec l’équivalent de 170 millions de bouteilles chaque année. Des similarité sur les différents terroirs se classent en deux catégories :

D’abord les sols de galets aux terres argileuse, les sols caillouteux et les sols d’épandages caillouteux (sur les pentes des reliefs) offrent à la vigne une alimentation en eau régulière et la restitution, durant la nuit, de la chaleur emmagasinée le jour par les cailloux. Ils sont particulièrement propices à l’élaboration de vins de garde. Ces sols caillouteux sont les types de sols que l’on rencontre le plus souvent.

De l’autre côté, les sols sablonneux et lœssiques (roche à très forte érosion, extrêmement friable) offrent une alimentation hydrique plus contrastée. Ils sont propices à des vins blancs et rosés tout en finesse et en fraîcheur. Egalement des vins rouges tout en légèreté et en fruit.

Les Rouges & Rosés des Côtes du Rhône

Pour les rouges, les cépages principaux sont le Grenache (supérieur à 30%), la Syrah et le Mourvèdre (superieur à 20%). Cette alliance confère aux vins des arômes de fruits rouges prononcés, d’épices avec des tanins charnus et qui se prêtent aux années de garde.

L’encépagement des Rosés est identique à celui des Rouges. Ces vins s’expriment avec beaucoup de fraîcheur, de petites baies rouges et une belle vivacité. Ils sont très plaisants en apéritif ou également sur des plats élaborés quand leurs profils sont plus puissants et gourmands.

Les Blancs

Les vins blancs sont composés à 80% des cépages suivants : Grenache blanc, Clairette, Marsanne, Roussanne, Bourboulenc et/ou Viognier. Cette grande diversité de cépages rend les blancs pleins d’arômes et de fraîcheur. On retrouvera de belles notes de fleurs blanches et jaunes, avec des explosions fruitées avec en finale des notes douces d’épices.